08 février 2015

Belgique, le 8 février 2015

Bruxelles

Les Magritte du cinéma

Samedi 7 février

Les frères Dardenne et  Fabrizio Rongione.

Avec trois récompenses majeures samedi soir lors de la 5e cérémonie des Magritte du Cinéma pour leur long-métrage "Deux jours, une nuit", Jean-Pierre et Luc Dardenne ont exprimé leur contentement d'être consacrés pour la première fois dans leur pays. En 2012, avec "Le gamin au vélo", ils s'étaient fait détrôner par Bouli Lanners avec le film "Les géants".

Aux trois prix du meilleur réalisateur, du meilleur film et du meilleur acteur pour Fabrizio Rongione, s'ajoutent celles des talents qu'ils ont découverts. A savoir Emilie Dequenne, qui s'est imposée dans la catégorie de la meilleure actrice pour "Pas son genre" de Lucas Belvaux -Magritte du meilleur scénario- et Jérémie Renier pour "Saint Laurent", qui a obtenu le prix du meilleur acteur dans un second rôle. "On apporte notre pierre à l'histoire du cinéma", s'est limité à dire Luc Dardenne sur la portée de leur oeuvre en Belgique.

Son frère Jean-Pierre n'a toutefois pas caché leur enthousiasme: "C'est bien d'être reconnu par les gens qui pratiquent le même métier que nous dans notre pays. Il n'y a pas de raison que cela ne se passe pas une fois".

Pour Fabrizio Rongione, c'est une première récompense après une longue carrière auprès des Dardenne : "Comme on répète beaucoup, assez vite, je n'avais plus l'impression d'avoir Marion à côté de moi. D'autant plus, qu'on partageait la même loge, le même chauffeur... Le travail avec les frères, c'est une grande chorégraphie avec la caméra. Pour arriver à la meilleure danse possible, il faut faire beaucoup de prises et donc se laisser aller complètement. Ce rôle-là, je l'avais vraiment travaillé en me concentrant sur elle. Ce qui était différent par rapport aux autres films, c'est que mon personnage devait se laisser aller dans le rythme et la 'dépression' de Marion, dans une sorte de double chorégraphie".

Encensé en Flandre et par l'ensemble du public belge, "Marina" a décroché le Magritte du meilleur film flamand. De ses succès qui effacent la frontière linguistique, Stijn Coninx pense que "c'est surtout une question d'essayer d'avoir une communication entre l'histoire et le public".

Derrière ces grands noms, des espoirs ont aussi été récompensés, comme Marc Zinga, dans "Les Rayures du Zèbre", qui participera au prochain James Bond: "Avant tout, c'était une expérience indescriptible pour moi parce que c'était un retour aux sources. Comme j'étais là en immersion pour me rapprocher de la réalité de ces mecs de la rue, j'ai d'abord été spectateur de choses qui m'ont bouleversé."

Journal "L'Avenir" du 8 février 2015.

 

interligne blog.jpeg

 

L'Adieu à Stéphane Steeman

 

stéphane st aa.jpg

 

Un dernier hommage à Stéphane Steeman à eu Uccle, ce vendredi 6 février.  Présence de la famille, des artistes, des fans et d'amis.   C'est Marion sa complice sur scène, à la radio et  à la télévision qui à officié la très courte cérémonie.

C'est donc une page du spectacle et de l'humour belge qui se tourne.  Bien le bonjour à Hergé M. Steeman.

stéphane st a.jpg

Stéphane Steeman et Marion

 

interligne blog.jpeg

 

Les commentaires sont fermés.