02 février 2016

Belgique, le 2 février 2016

Bonne fête de la Chandeleur

2 février

chandeleur vierge.jpg

Il reste surtout les crêpes aujourd'hui. Mais pendant des siècles, la chandeleur était aussi symbolisée par des chandelles. Et c'est d'ailleurs de l'expression latine "festa candelarum" – comprenez "fête des chandelles" – que cette tradition tire son nom.

Pour les chrétiens, la chandeleur clôt le cycle de la Nativité, après Noël et l'Epiphanie. Elle commémore la présentation du Christ au temple de Jérusalem et la purification de Marie. A l'époque, la tradition juive voulait que les premiers nés soient présentés au temple dans les 40 jours après leur naissance. Celle de Jésus ayant été fixée au 25 décembre, la chandeleur tombe chaque année le 2 février, un lundi en 2015. C'est d'ailleurs ce jour là que la crèche est retirée dans la tradition provençale.
Des rites païens

chandeleur fssp.jpg

Avant d'être adoptée par les chrétiens, des versions païennes de cette fête existaient déjà. Dans la Rome antique, les Romains organisaient chaque année à la mi-février une fête de purification – les Lupercales – en l'honneur du dieu de la fécondité et des troupeaux. Une partie de la cérémonie consistait à fouetter des jeunes femmes dans les rues de ville pour les rendre fécondes. Dans la mythologie celtique, on retrouve également la fête d'Imbolc organisée en février pour célébrer la fertilité avant l'arrivée du printemps.

C'est aussi du côté de la Grèce antique qu'il faut chercher l'origine de la chandeleur. Selon le mythe, Proserpine vit avec Pluton, le dieu des enfers, pendant la moitié de l'année en automne et en hiver. Celle-ci retourne auprès de sa mère Cérès, la déesse des moissons, au printemps et en été. Il était alors de bon ton d'allumer des torches en février pour célébrer l'arrivée de celle qui apporte la lumière et la fertilité.

Une fête chrétienne

Il aura fallu attendre le Ve siècle pour que le pape Gélase Ier fasse rentrer ces rites païens dans le giron de l'Eglise. L'évêque de Rome supprime la fête païenne des Lupercales et organise à la place des processions aux chandelles représentant Jésus comme la lumière du monde. Les cierges sont bénis ce jour là et les fidèles sont invités à les rapporter chez eux pour protéger leur foyer.

chandeleur bb.jpg

Mais alors pourquoi manger des crêpes ? Rondes et dorées, elles évoquent le soleil et les jours qui s'allongent de plus en plus vite. La fin de l'hiver est aussi l'époque des premières semences. La farine utilisée pour réaliser les galettes était un un symbole de prospérité pour l'année qui commençait.

chandeleur image ancienne a.jpg

 

interligne blog.jpeg

Bruxelles

Belgique-France

sommet lutte

contre le terrorisme  

 

Photo: Belga

Rencontre ce lundi 1er février 2016 au château de Val Duchesse entre le Premier ministre Français Manuel Valls et le Premier ministre  Belge Charles Michel  pour mettre en place différents moyens pour lutter contre le terrorisme.

 

blason belgique aa.jpg

Discours du Roi 

aux autorités du pays

28 février 2016

Je vous remercie, Monsieur le Premier Ministre, pour vos bons vœux.

Mesdames et Messieurs,

Nous vivons des changements sans précédent. Notre génération est la première à devoir s'inquiéter des changements climatiques. Le nombre de migrants à travers le monde ne cesse de croître. L'avancée fulgurante des technologies provoque un véritable changement de paradigme. Ces bouleversements nous affectent tous simultanément à travers le monde et ils ont à la fois un impact global et individuel. Ils sont porteurs de promesses importantes pour nous tous mais aussi de risques. Ils ont un potentiel immense de rassemblement mais aussi de division.

Trois éléments me semblent essentiels : prendre pleinement conscience que les défis globaux touchent chacun d'entre nous individuellement, assurer une coordination nationale et internationale plus efficace et s'engager avec détermination sur le court et sur le long terme.

C'est la combinaison de ces éléments qui a rendu possible l'accord sur le climat le 15 décembre dernier. La prise de conscience de l'enjeu global, la mise en place d'une coordination internationale efficace et la volonté de concilier le court et le long terme ont permis de prendre les décisions nécessaires afin de limiter le réchauffement de la planète. Mais pour que l'accord soit suivi d'effet, au-delà de l'élan suscité par la Conférence, un effort soutenu dans la durée sera nécessaire. Je suis persuadé que notre pays peut, tant par son savoir-faire que par son influence, jouer dans ce combat pour le climat un rôle important.

C'est ainsi que nous devons également appréhender le phénomène des migrations. Le nombre de migrants économiques, sociaux et environnementaux, de déplacés et de réfugiés fuyant un conflit augmente d'année en année. Notre pays a abordé ce défi en assumant sa responsabilité. La Belgique s'est mobilisée dans un esprit d'ouverture et de solidarité en tenant dûment compte de sa capacité d'intégration des hommes, des femmes, des enfants qu'elle est amenée à accueillir. Nous devons continuer à chercher cet équilibre délicat entre le devoir de solidarité, la capacité d'accueil et la volonté d'intégrer et de s'intégrer. L'harmonie future de notre société dépend de notre manière de concilier ces trois exigences.

Mesdames et Messieurs,

Pour avoir prise sur tous ces changements radicaux, nous devons utiliser tous les moyens possibles. Nous disposons pour cela, au niveau local, régional, communautaire et fédéral, d'institutions d'autant plus opérationnelles qu'elles s'inscrivent dans un cadre européen. Dans un monde menacé par le retour des vieux démons de la géopolitique, l'Europe est encore et toujours notre plus grand atout. Ne le gaspillons pas.

 

Photos: Palais Royal

 

interligne blog.jpeg

Les commentaires sont fermés.